Vous êtes ici : Accueil / Je découvre Aimargues / Histoire et Patrimoine / Patrimoine d’Aimargues

Patrimoine d’Aimargues

L’Église Saint-Saturnin possède encore l’inscription “République Française, Liberté, Égalité, Fraternité”

L’Église Saint-Saturnin est l’une des rares églises en France possédant encore l’inscription “République Française, Liberté, Égalité, Fraternité” sur sa façade. Édifiée sous le Second Empire par l’architecte Henri Antoine Révoil, son clocher est particulièrement élancé (40m).

Elle renferme les reliques de Sainte Artimidora dans leur châsse, ainsi qu'un tableau d'inspiration religieuse représentant Jésus portant sa croix, peint en 1548 par Simon de Châlons et restauré en 1990.

A l’intérieur, belle élévation sous les voûtes de la nef à croisées d’ogives et bas côtés ; on peut noter la présence d'un transept et d'un chœur, tous éclairés par des roses et vitraux datant de 1869 et exécutés par les ateliers du célèbre maître verrier parisien Édouard Didron. Les murs intérieurs ont ensuite été blanchis ; ils dissimulent l'important décor néo-gothique très coloré d'origine.

L’Église Sainte Croix devenue salle Georges Brassens

L’ancienne église paroissiale, l’église Sainte Croix apparaît au 13ème siècle et fut détruite en 1572 durant les épisodes des guerres de religions. Elle fut rebâtie en 1611 et transformée en halles en 1871 après la construction de la nouvelle église en 1869.

Elle conserve deux travées gothiques avec ses voûtes d'arêtes à arcs doubleaux moulurés. Elle a aussi conservé un mur romain. En 2003, des fouilles ont mis à jour un secteur du cimetière, où se trouvaient des sarcophages du VIème siècle. Les dernières tombes remontaient au XVIème siècle.

Aujourd’hui, elle se nomme la salle Georges Brassens et elle abrite entre autres des expositions.

Le Temple

Le temple fut construit en 1824, sa construction a entièrement été financée par des particuliers protestants. Il abrite les archives de l'Église Réformée d’Aimargues et est le deuxième plus petit de la région, après celui d'Aigues-Mortes.

 

 

Le Château de Teillan

Château de Teillan à Aimargues

Le Château de Teillan, est situé au sud du village. Il date de la 2ème moitié du XVIème et du XVIIème siècle et est inscrit à l’inventaire des monuments historiques depuis le 8 juin 1995. C'est un ancien castrum romain qui portait le nom de “villa Telliamis” puis de « Mas de l'Irle ».

Ce qui fait que ce château est connu, ce sont notamment le corps de logis, le pigeonnier et le parc. Ce dernier a été réalisé au XIXème siècle autour de stèles antiques. Il y a aussi une noria, un mikvé, une serre, une grande porte de style ancien... C'est une propriété privée qui généralement ouvre ses portes au public durant les journées européennes du patrimoine.

Des stèles funéraires antiques et un monument sépulcral de l'Antiquité

Des stèles funéraires antiques et un monument sépulcral de l'Antiquité, inscrits à l'inventaire des monuments historiques le 8 septembre 1978, sont situés au cimetière d'Aimargues. Par ailleurs, huit autres stèles funéraires antiques sont situées à Aimargues au lieu-dit « Le Grand Teillan » (propriété privée).

Autres monuments et richesses locales

Au lieu-dit de « Saint Gilles le vieux », des fouilles archéologiques en cours révèlent une chapelle ainsi que des sépultures.

 

 

Le Mas de Praviel est une élégante construction de la fin du XIXème siècle à proximité du château de Teillan. Il possède un belvédère protégé à son 3ème étage.

L’ensemble des mas situé sur le territoire d'Aimargues comme le Grand Malherbes ou les Mas de Rieutord, Buade, Bord, Saint-Blancard... constituent une richesse économique et culturelle.

Le Château d’Andron, propriété privée disposant d’un grand parc, d’un puit, d’un petit cour d’eau...

La “Glacière”, fut construite au XVIIIème siècle et avait pour fonction de conserver la glace pour tenir les aliments au frais. Elle servait encore dans la deuxième moitié du XIXème siècle. La glacière est une construction circulaire en pierre, semi-enterrée et surmontée d’un dôme. Cet édifice fut restauré en 1991.

 

Les deux lavoirs datent du XIXème siècle. L'un d'entre eux (datant de 1905) est encore quasi-intact alors que pour le second, situé au nord du village, sur les quais de la Fontaine (datant de 1875), ne subsiste que le bassin. Leur restauration a eu lieu au XXème siècle.

 

 

L'Hôtel de Ville fut construit en 1900 dans le style baroque.

 

 

 

 

 

 

 

L'étang de la Ginouze est un étang de pêche, d'une superficie de six hectares, situé au nord-est de la commune. Une promenade y a récemment été aménagée et un espace dédié aux pique-niques est actuellement en cours de finition.